Résilience des infrastructures : l'Ifsttar contribue au sommet du T20 à Tokyo

En mai 2019, l'Ifsttar et ses partenaires de l'Université Gustave Eiffel ont remis deux notes d'orientation sur les infrastructures de demain à l'occasion du sommet final du T20 (Think20) au Japon. Objectif de ces propositions : nourrir les réflexions des dirigeants politiques réunis au G20.

Éclairer les débats des ministres et chefs d'État réunis fin juin 2019 lors du G20. C'est la raison pour laquelle l'Ifsttar, aux côtés de 400 experts internationaux, était convié à participer au T20 (Think20). Placé cette année sous la présidence du Japon, ce groupe d’engagement de think tanks et instituts de recherche visait à produire des recommandations de politique publique à destination des pays membres du G20. "Outre l'expertise de l'Institut dans le domaine de la résilience des infrastructures de transport, cette invitation est le fruit de nombreuses collaborations avec nos partenaires internationaux", rappelle Jean-Bernard Kovarik, Directeur général adjoint de l'Ifsttar  et contributeur au T20.

Associés à d'autres experts issus des établissements fondateurs de l'Université Gustave Eiffel et du Cercle Grand Paris de l’Investissement Durable, les chercheurs de l'Ifsttar ont contribué à la rédaction de deux policy briefs (docuements d'orientation politique) sur la thématique des infrastructures. Résultat d'un an d'échanges et de travaux, leurs propositions ont été présentées au sommet final du T20 organisé fin mai 2019 à Tokyo, avant d'être rassemblées dans le communiqué remis aux dirigeants politiques du G20 réunis un mois plus tard à Osaka. Finalité : les aider à redéfinir le financement et le juste partage de la valeur économique, sociale et environnementale des infrastructures, dans le souci du bien commun. "Nos travaux croisent le regard d'ingénieurs, de géographes, d'économistes ou de sociologues pour mieux aborder la question complexe qu'est la résilience des infrastructures."

Que contiennent ces deux notes d'orientation ? La première, Building resilient infrastructure systems, recommande d'élaborer des stratégies de résilience à l’échelle des systèmes techniques et des services rendus, d'harmoniser les méthodes de mesure de la résilience et de promouvoir une approche sociopolitique de la résilience qui facilitera le financement et l'acceptabilité des projets. "Ces sujets ont été abordés sous l'angle du changement climatique, de la cybersécurité et du vieillissement des infrastructures", précise Jean-Bernard Kovarik, coauteur du texte. Le second policy brief, The infrastructure nexus: from the future of infrastructures to the infrastructures of the future, porte quant à lui sur les infrastructures de demain au regard de la croissance économique et du progrès social. Il détaille notamment les impacts de l'urbanisation sur la biodiversité et les services écosystémiques ainsi que l'élaboration d'agendas et de projets urbains durables en mettant l'accent sur des régions critiques comme l'Amazonie et l'Arctique. "Cette note porte sur la nécessité d'un développement plus équilibré et soutenable dans un contexte de limitation des ressources et de croissance urbaine. Tous ces sujets seront poursuivis en 2020 sous l’angle des événements liés directement ou indirectement à la crise Covid-19."

En lien avec les grands sujets discutés lors du G20, ces recommandations pour une nouvelle génération d'infrastructures "intéressent également les financeurs et les acteurs de la coopération et du développement tels que l'AFD* ou l'IRD**, souligne Jean-Bernard Kovarik. Le réseau international mis en œuvre dans le cadre de ces travaux préfigure aussi le potentiel de collaborations scientifiques de l'Université Gustave Eiffel".

 

* AFD : Agence Française de Développement

** IRD: Institut de Recherche pour le Développement

Jean-Bernard Kovarik, Directeur général adjoint de l'Ifsttar et futur vice-président de l'Université Gustave Eiffel

"Porter l'attention sur la nécessité d'un développement plus équilibré et soutenable"

Building the future of quality infrastructure

Publié par la Banque asiatique de développement (ADBI), cet ouvrage de près de 100 pages en accès libre synthétise les travaux, les notes d'orientation et les discussions qui se sont tenus dans le cadre du sommet du T20 à Tokyo et des événements associés.